Journée internationale pour l'élimination de la violence sexuelle dans les conflits

Depuis janvier 2016, Aide à l’Enfance de l’Inde et du Népal (AEIN) soutient au Népal un programme de soutien aux femmes victimes d'abus sexuels pendant la guerre civile népalaise (1996-2006)

La violence sexuelle basée sur le sexe a atteint des conséquences alarmantes au Népal. Au fil des décennies de violents conflits politiques qui ont eu des conséquences traumatisantes sur la vie des femmes, la dignité et les droits fondamentaux des femmes et des filles ont été violés en raison des formes systémiques de violence sexuelle au cours de la période du conflit. Ces violations se poursuivent même après que le processus de paix a débuté en raison d’une culture d’impunité. Les conséquences à long terme de ces viols endémiques sont difficiles à mesurer. Un certain nombre d’enfants sont nés de ces viols et de l’exploitation sexuelle. Ces enfants, qui ont entre-temps atteint l’âge de 16 ans, ont des difficultés à obtenir la citoyenneté en raison d’une loi discriminatoire qui ne permet pas aux enfants sans père d’avoir la nationalité népalaise. En plus de cela, la mère et l’enfant sont stigmatisés et rejetés par la communauté.

Malgré un plaidoyer continu de groupes de défenseurs des droits des femmes pour lutter contre la violence commise pendant le conflit conformément aux dispositions des résolutions 1325 et 1820 des Nations Unies, la violence sexuelle n’est même pas reconnue au Ministère de la paix comme abus légitime pour obtenir des réparations et du soutien. Ce fait affecte gravement le droit des femmes à la justice.

La commune de Khara dans le district de Rukum, fief des maoïstes, a été sévèrement touchée par de violents conflits politiques. Un certain nombre de femmes souffrant de problèmes physiques et mentaux a été enregistré par le partenaire local  népalais WOREC dans le cadre de camps de santé. De même, plusieurs cas de différentes formes de violences envers les femmes ont été enregistrés. Les femmes ont témoigné comment elles ont été abusées lors du conflit et comment cela affecte leur vie actuelle. Ces faits indiquent qu’une enquête approfondie doit être menée pour demander justice pour les victimes.

  

L'objectif du projet est d'accroître le droit des femmes à la justice et lutter contre l’impunité des auteurs de violence sexuelle pendant le conflit conformément au droit international des droits de l’homme.

Quoi ?
• documenter des cas de violence sexuelle pendant la guerre civile népalaise
• faire analyser des cas de violence sexuelle par des avocats en vue d'action en justice
• organiser un tribunal national pour mettre de la pression sur le gouvernement népalais afin de rendre justice aux survivantes de violences sexuelles pendant la guerre civile
• soutenir les victimes via des activités génératrices de revenus
• organiser des camps de santé et formations sur la santé reproductive et sexuelle, la violence basée sur le genre, sur la santé et l'hygiène, etc.

Qui ?
Environ 1'000 femmes victimes d'abus sexuels et 1'500 jeunes filles, garçons et hommes de la commune de Khara sont les bénéficiaires directs de ce programme. La population du village compte 6’186 habitants (dont 2’763 hommes et 3’423 femmes) et la majorité des habitants sont de la communauté marginalisée des Magar. Toutefois, ce projet appuiera indirectement toutes les femmes du pays via des actions de plaidoyers pour changer les lois discriminatoires envers les femmes.

Où ?
Le projet se déroule dans la commune de Khara du district de Rukum situé dans la région de développement Moyen-Ouest au Népal.

Budget 2017 : 56 995€ cofinancés par le Ministère des Affaires Etrangères, Direction de la coopération au développement.

Durée:
janvier à décembre 2017

Partenaire:
Women’s Rehabilitation Centre (WOREC) Nepal